septembre 1939
Automne à Trianon

Une vie à ne rien faire une vie en fer blanc
une vie en conserve
une vie qui ne peut servir à rien
bonne à donner au sommeil ou à la drogue.

Une tête tombe d'un arbre comme
une feuille une tête d'homme mort tombe et
pourrit au sol comme un morceau de bois.

Bête traquée d'automne
il pleut sur les pavés bleus
tu emmaillotes tes fenêtres comme des momies
sur les trottoirs siffle le masque aux dents
blanches.
Frontières du monde mes sœurs où allez-vous
boire la tisane.

Écoutez les toux de la boue
les toux du sang
la terre a mal à son fer.

Aux barbes des jeunes blés des morceaux
d'hommes sont accrochés
dans les souterrains de leurs mères des hommes
meurent.
Quand on fait le tour d'un monde
tout le monde a les mêmes mains
le Napoléon de l'ombre et l'autre.

Général d'automne tu n'auras pas mes sourires,
souris!

Mon sang ne coule pas à tes fontaines
tu as tes poussières j'ai les miennes et j'ai aussi
ma mort comme une absence de moi-même
je n'ai rien à faire de toi malgré tes galons d'or
et mon cœur de nègre.


       Camille Bryen, La Chair et les Mots. K éditeur, 1948.


Site Meter